Déception
Humeurs

Déception…comment la gérer ?

Reading Time: 6 minutes

Déception. Vous avez déjà éprouvé ce sentiment ? Être enthousiaste à l’idée d’un évènement, d’une rencontre à venir, de la concrétisation d’un projet… et voir tout voler en éclats. A cause d’un contre-temps, d’une mauvaise information, de la malveillance de quelqu’un ou parce que l’on n’a pas été suffisamment bon cette fois ci. Quelle qu’en soit la raison, lorsque la déception frappe à notre porte il faut être prêt à encaisser parce que ça fait mal.

Un peu comme dans les montagnes russes, c’est un véritable ascenseur émotionnel que l’on peut ressentir à ce moment là. Comme si on se désintégrait de l’intérieur et c’est très désagréable à vivre, on met du temps à s’en remettre. La déception laisse comme un goût aigre dans l’estomac dont on a du mal à se débarrasser.

Selon Wikipedia, « la déception est un état ou un sentiment induit par une insatisfaction ou un échec. Elle peut être la source d’un stress psychologique à force d’entraîner plusieurs réactions négatives. »

 

Peut-on anticiper une déception ?

Personnellement, à chaque fois que j’ai pu expérimenter une déception, les mêmes pensées me sont venues : Pourquoi je ne l’ai pas vu venir ? Je n’aurais peut être pas dû m’emballer comme ça ? Comme si le fait même de ne pas « l’avoir vu venir » alourdissait la peine ressentie, comme si cela en disait encore plus de ma faiblesse, de mon imposture

Comment faire pour anticiper une déception ou du moins l’atténuer ?

Quelques pistes :

  • « Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué »

J’évite de trop parler avant la concrétisation de mes projets, ça semble un peu superstitieux et ça l’est sans doute. Mais il s’agit surtout de ne pas avoir à gérer le regard des autres en plus de son insatisfaction. En même temps c’est un conseil qui n’est pas toujours valable car le soutien de son entourage est un atout considérable lorsque l’on se lance dans de nouveaux projets. Donc à voir…

  • Bien baliser son projet en tout cas ce qui dépend de nous-mêmes

Anticiper, préparer, étudier les moindres recoins de son projet avant de se lancer. Le manque de préparation ou d’anticipation de certaines données peut entraîner la chute donc on ne laisse rien passer. Si quelque chose va de travers, ce sera extérieur à moi et peut être plus facile à accepter. On ne peut pas tout maîtriser.

  • Envisager tous les scénarios possibles afin d’éviter les impairs

Quand je me lance dans un nouveau projet ou que j’attends une réponse à une demande (professionnelle, financière, familiale…), je m’imagine tous les scénarios possibles pour ne pas être déçue du résultat final. Ça fait un peu psychopathe comme comportement mais ça m’aide d’imaginer le pire !!!!!

  • Accepter l’échec comme une chance

Si jamais mon plan ne marche pas, je pourrais en apprendre quelque chose, apprendre de mes erreurs. En ce sens, l’échec peut être une chance pour moi de repartir sur de nouvelles bases et de m’améliorer, d’améliorer mon projet. Souvent, on ne s’attache qu’au résultat mais pour y arriver on passe par des échecs. Le chemin parcouru est peut être plus significatif que le seul résultat, il en dit long sur la personne, sur nos qualités.

  • S’inspirer des 4 accords toltèques

View this post on Instagram

Inspiration…

A post shared by Mélora (@cacahueteetpistache) on

Ma dernière grosse déception…

Tout commençait bien

Je vous ai déjà parlé de mon aventure Costa, cette superbe croisière dans la Caraïbe qui a failli ne pas voir le jour ! Eh bien ça a commencé par une super grosse déception. Tout est calé assez rapidement. Réservation et paiement, on s’arrange avec papy et mamy pour la garde des enfants et la surveillance des animaux, les congés sont posés. La date du départ approche, le 10 février 2018, c’est la fête dans nos têtes, le décompte est lancé.

Et puis patatra….

Catastrophe, le refus auquel on n’était pas préparé. On ne peut pas embarquer, nos cartes d’identité sont périmées (mais encore valables), euh QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII, c’est pas possibleeeeeeeeeee. Mon visage se décompose, pleurs, je m’accroupis dans un coin, c’est mort on ne partira pas. Le bateau est tout illuminé, tout le monde est à bord sauf nous. Nous rebroussons chemin, attente au port que ma mère vienne nous chercher, retour à la maison.

Bon là certains doivent se dire : elle est sérieuse là ? C’est ça sa dernière déception, c’est pas pour une chose de plus important ? Ben non, pour moi cette croisière était hyper importante. Au delà de l’argent investi, il s’agissait pour nous de célébrer notre anniversaire de mariage (15 ans tout de même) après une période pas si simple que ça en fin d’année. Cette croisière pour moi surtout, c’était un symbole, le symbole d’une certaine réussite dans nos vies personnelles et professionnelles. Dans un contexte où tous deux nous étions particulièrement fatigués, cette croisière était comme l’oasis dans notre désert du moment.

Ça aurait pu être évité ?

Oui et non. Je m’explique. Oui on aurait pu penser à faire refaire nos passeports ou nos cartes d’identité pour être sûrs. Mais, comme je l’ai écrit à Costa: nos pièces d’identité sont apparemment expirées mais nous bénéficions de la prolongation de 5 ans, elles sont donc valables au sens de la loi. Rien n’aurait pu nous laisser penser que cela pourrait poser un problème. En effet, les documents Costa stipulent que « Pour effectuer la croisière que vous avez réservée il vous sera nécessaire d’avoir une carte d’identité ou un passeport en cours de validité. »

Donc on était dans notre bon droit en fait. Et d’ailleurs Costa nous a permis de partir un mois plus tard avec un avoir presque équivalent à la totalité de la somme versée pour la première croisière dans une catégorie supérieure. Pour cela, nous avons plaidé notre cause par mail, et nous avons gardé notre calme (pas simple !!!). Mais que pouvions nous faire d’autre ? Pas grand chose.

On a fait refaire cartes d’identité et passeports et on est reparti un mois plus tard.

Ce que j’ai appris

Au final tout est bien qui finit bien me direz vous… C’est vrai. Et même tout est bien qui finit mieux ! La première croisière n’a pas pu se concrétiser. Dès le lendemain, on a réservé une semaine dans un hôtel à Saint-François, parce que c’était surtout du temps ensemble que nous voulions. Mes parents ont gardé les enfants, on a accusé le coup au début mais on ne s’est pas laissé abattre. Dans la semaine, la nouvelle est tombée on avait un avoir valable un an !!!

  • Rester aimable ça paye
  • Mes parents sont vraiment tops !!!
  • Ce qui compte ce n’est pas où on part en vacances mais avec qui
  • Plus on a du mal à obtenir une chose, plus elle va avoir de la valeur à nos yeux
  • Le Costa Pacifica c’est vraiment génial !!!!!!  😂😂😂
croisière-à-bord-du-Costa-Pacifica
😍😍 Costa Pacifica 😍😍

 

Que faire quand c’est une personne qui cause la déception ?

Que ce soit au niveau sentimental, professionnel ou dans les sphères amicales ou familiales, la déception s’invite aussi dans les relations interpersonnelles et là tout ne dépend pas de nous. Quoique…si on y regarde de plus près on a peut être une part de responsabilité dans cette déception.

Pourquoi en premier lieu avoir laissé une si grande importance à cette personne dans notre vie personnelle, professionnelle ? Cette personne ne peut à elle seule définir ce que je suis, ce que je vaux professionnellement, personnellement. Elle ne doit pas avoir de pouvoir sur moi, elle peut m’influencer mais c’est moi qui importe avant tout. OUI, je le dis haut et fort, il faut parfois être égoïste, c’est une question de survie parfois.

Ne pas avoir peur de faire du tri dans ses relations lorsque cela est nécessaire. Bon, c’est facile à dire mais difficile à faire quand même. On attend souvent beaucoup des personnes qui nous entourent à tort ou à raison… Parce que c’est plaisant de recevoir des conseils, de l’aide de ceux qui nous entourent. Mais lorsque l’on devient dépendant on perd notre liberté d’action, notre liberté de penser et on finit par croire tout ce que les autres disent de nous.

Depuis quelques temps, j’apprends à dépendre de moi-même avant tout. Je suis la mieux placée pour savoir ce dont j’ai besoin après tout.

 

Aller de l’avant…

Aller de l’avant, oui mais comment ?

  • Se focaliser sur les choses qui importent vraiment
  • Se fixer des objectifs atteignables pour ne pas être déçus
  • Continuer d’élaborer des projets toujours plus ambitieux
  • Continuer à développer ses compétences
  • Prendre soin de soi

Espoir

 

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.